Tachycardies supraventriculaires (TSV)

De Médecine
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classification

Source: FORUM MÉDICAL SUISSE 2018;18(49):1028–1036

Tachycardies auriculaires

TSV Diagnostic différentiel.png

Tachycardies jonctionnelles

AVNRT (atrioventricular nodal reentrant tachycardia)

Tachycardies par réentrée intra-nodale (tachycardie nodale, Bouveret)[1]

Typique

conduction en bas de la voie lente puis dans l'oreillette à travers la voie rapide

  • intervalle RP court avec P rétrograde très proche du complexe QRS

Atypique

impulsion en bas de la voie rapide puis dans l'oreillette à travers la voie lente

  • intervalle PR long

AVRT (atrioventricular reciprocating tachycardia)

Tachycardies par réentrée sur faisceau accessoire (syndrome de Wolff-Parkinson-White)[1]

Orthodromique

  • Plus de 90-95% des cas

Antidromique

Durée du QRS >120 ms en raison de la conduction à travers le faisceau accessoire.[2]

  • CAVE adénosine et bloqueurs du nœud AV contre-indiqués, car l'adénosine risque d'induire une fibrillation auriculaire, avec le risque d’une conduction AV rapide via la voie accessoire (fibrillation auriculaire pré-excitée). Si le nœud AV est inhibé en cas de fibrillation auriculaire pré-excitée, cela favorise la conduction via la voie accessoire et donc le risque de fibrillation ventriculaire.[3]

Traitement

  • Manœuvres vagales: manœuvre de Valsalva, massage du sinus carotidien
  • Adénosine 6 mg IVD flush (Krenosin)
  • Si instabilité hémodynamique: cardioversion électrique
    • 100 J (monophasique; ou 70-120 J biphasique) synchrone
    • Traitement au long cours AVNRT: métoprolol (anticalciques)
  • Thermoablation si patient symptomatique

AVRT

Un faisceau accessoire court-circuite le nœud atrioventriculaire (NAV) aboutissant à une préexcitation ventriculaire. Lorsque survient une arythmie auriculaire rapide telle qu'une FA ou un flutter, il faut éviter d'utiliser des médicaments à même de ralentir la conduction dans le NAV (digoxine, diltiazem, vérapamil, bêta-bloquant), au profit de médicaments qui diminuent la conduction dans le faisceau accessoire, comme l'amiodarone, la propafénone ou le flécaïnide.[4]

Références

Article de référence: Tachycardies supraventriculaires